Manifestation contre le port du voile : une première révolution féministe iranienne

8 novembre 2022by Lucas Perriat0
https://politeia-ices.fr/wp-content/uploads/2022/11/63405895_803.jpg

Le 20 septembre 2022, une jeune fille iranienne est portée disparue à Téhéran. Elle participait alors à une manifestation contre le port obligatoire du hijab. Âgée de seulement 16 ans, Nika Shahkarami est retrouvée morte dix jours plus tard dans d’étranges circonstances. Encore aujourd’hui, ses proches affirment qu’il s’agirait de violences de la part de la police des mœurs, dues à son engagement politique. L’adolescente incarne désormais l’un des nouveaux visages de femmes iraniennes en lutte pour leurs droits.

« My beautiful girls, I’m really proud of you » a déclaré Gohar Eshghi, militante iranienne, lors d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. À 80 ans, elle défie le régime iranien en retirant son hijab devant une caméra. En effet, les manifestations féministes hostiles au régime iranien ont commencé à la suite de la mort de Mahsa Amini. Cette jeune militante de 22 ans, avait été arrêté par la police des mœurs iranienne pour « port de vêtements inappropriés » : une mèche de cheveux dépassait de son foulard. Elle décèdera quelques jours plus tard à l’hôpital à la suite, selon la police, « d’un soudain problème cardiaque » après la manifestation. L’annonce du décès de Mahsa a suscité de nombreuses réactions ainsi que d’importantes manifestations en faveur du droit des femmes et du libre port du voile dans le monde musulman.

Dans l’Antiquité, les femmes couvraient leur tête d’un simple tissu afin de se distinguer des esclaves et des femmes dites « peu respectueuses ». Ainsi, le port du voile à l’époque symbolisait l’autorité absolue du mari sur son épouse. Il était un symbole de domination des hommes sur les femmes.

À l’origine, le port du voile, dans le domaine religieux, était destiné aux femmes chrétiennes se rendant à l’Église. Dans l’Islam, l’obligation de porter un voile s’appuierait sur l’interprétation des sourates 33 et 34. Les femmes du Prophète devaient être cachées afin de séparer leur vie publique de leur vie privée.

Au fil du temps et particulièrement en Orient, le port du hijab, signifiant « dérober au regard, cacher », serait devenu une marque identitaire et symboliserait l’émancipation des femmes. Il aurait pour but de favoriser leurs déplacements dans l’espace publique. Le hijab représenterait aussi, pour certaines femmes, une forme de sécurité contre les regards masculins.

Néanmoins, selon les pays et les courants religieux, le voile revêt différents noms et formes. Par exemple, en Iran le hijab est appelé « tchador » et ne cache pas le visage contrairement au « niqab ». Le niqab est un voile intégral noir, porté par les femmes dans de nombreux pays musulmans comme l’Arabie Saoudite ou la Syrie, recouvrant le visage à l’exception des yeux. En Afghanistan, au Pakistan et en Inde, les femmes revêtent une « burqa » qui se différencie du niqab par la présence d’une grille pour masquer le regard.

Cependant, le port d’un voile reste, dans de nombreuses familles musulmanes, un choix religieux libre. En effet, certaines femmes musulmanes ne portent tout simplement pas le voile comme dans les communautés alaouites, druze ou ismaélienne. Le port ou non du voile peut aussi être lié à la perpétuation de coutumes liées à des cultures différentes selon les pays.

Actuellement, les débats autour des « affaires du voiles islamiques » sont encore nombreux dans divers pays. Sa présence est d’ailleurs obligatoire en Iran et en Arabie Saoudite pour toutes les femmes y compris les non-musulmanes.

Depuis 2007, l’Iran a mis en place une police des mœurs chargée de surveiller le respect du port du voile islamique, ce qui ne fut pas toujours le cas dans l’histoire du pays. Les policiers ont ainsi procédé à des centaines d’arrestations et interpellations jusque dans les boutiques et les restaurants. En 2014, une jeune journaliste iranienne, Masih Alinejad, lance sur Facebook le mouvement « My Stealthy Freedom » qui invite toutes les iranienne, qui le souhaitent, à publier des photos d’elle sans leur hijab. Ainsi, en 2018 commencent les premières manifestations contre l’obligation du port du voile par le régime. Une exigence qui serait jugée humiliante pour les femmes.

Aujourd’hui, ce sont des centaines de femmes qui descendent dans la rue, particulièrement à Téhéran, afin d’exprimer leurs revendications souvent réprimées dans la violence et le sang. Selon une ONG locale, plus de 92 femmes iraniennes auraient déjà perdu la vie depuis le début du mouvement. Mais les populations revendiqueraient déjà plus de 314 morts. Parmi elles, Nika Shakarami âgée de seulement 16 ans se serait fait arrêtée par la police. Sa tante témoigne auprès de la BBC : « son amie m’a dit qu’elle avait posté une vidéo sur Instagram où elle brûlait son voile et que la police était à ses trousses ». Seulement quelques jours plus tard, la famille de la jeune fille sera convoquée à la morgue pour identifier le corps. Les autorités auraient tenté de faire pression, en interdisant l’organisation de funérailles publiques. De plus, elles auraient conclu à un accident, Nika serait tombée de plusieurs étages.

À l’heure actuelle, des centaines de femmes continuent leurs revendications dans la rue, dans les universités en montrant leurs cheveux sur les réseaux sociaux.

C. Moisan

Lucas Perriat

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PoliteiaNous contacter ?
Participer à une conférence, soumettre un article, une idée ... n'hésitez pas à nous contacter !
ICESNous trouver ?
Politeia est accueillie par l’Institut Catholique de Vendée ICES
Depuis 1990, au cœur de la Vendée, l'Institut Catholique de Vendée propose l'université dans un contexte d'école.
Calendrier Events à venir
Pas d'événement actuellement programmé.
Rejoignez nousRéseaux Sociaux de Politeia
Suivez notre activité régulière sur nos différents réseaux
PoliteiaNous Contacter ?
Participer à une conférence, soumettre un article, une idée ... n'hésitez pas à nous contacter !
Calendrier Events à venir
Pas d'événement actuellement programmé.
ICESNous trouver ?
Politeia est accueillie par l’Institut Catholique de Vendée ICES
Depuis 1990, au cœur de la Vendée, l'Institut Catholique de Vendée propose l'université dans un contexte d'école
Suivez nousRéseaux Sociaux de Politeia
Suivez notre activité régulière sur nos différents réseaux

Copyright Aphea Consulting  x Politeia. Tous droits réservés

Copyright Aphea Consulting x Politeia. Tous droits réservés